Bienvenue sur le forum de la Compagnie Marchande - Koubak & Co ®
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Maryck Sombreau, meilleur cuistot d'Azeroth et d'ailleurs (auto-proclamé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maryck
Officier de la Koubak & Co ®
Officier de la Koubak & Co ®
avatar

Messages : 348
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 32
Localisation : Sur les genoux de mon chat ... ou l'inverse.

Feuille de personnage
Caste du Personnage: Chasseur

MessageSujet: Maryck Sombreau, meilleur cuistot d'Azeroth et d'ailleurs (auto-proclamé)   Lun 15 Aoû - 11:01

-Bordel d'bordel de merde.... MARYCK!!! éclata la voix de Sylpheas.
Maryck s'était éloigné bien entendu, il savait exactement de quelle humeur se réveillerait son acolyte et malgré la colère qu'il continuait à ruminer, il ne put s'empêcher de pouffer de rire. Il ajoutait la touche finale à son omelette matinale, tranquillement à côté d'un ruisseau sous l'ombre d'un aulne tordu. Il vit du coin de l'oeil Sylpheas s'agiter dans ses couvertures, l'air d'un troll en pleine transe lors d'une danse rituelle.
-Ouaaaaais?! daigna répondre Maryck après un moment.
-Y a plein d'bestioles dans mon futon!! brailla Sylpheas dans tous ses états. Des p'tites merd' blanches!! On dirait d's'asticots!!
Maryck se mit presque à fredonner, se délectant de la rage du guerrier qui s'approchait du ruisseau pour se débarrasser de ses parasites. Le cuistot retira sa poelle de justesse avant qu'une vive éclaboussure ne viennent éteindre le feu avec un sifflement vaporeux.
-Mais fais un peu attention! Barbare! ronchonna Maryck.
Sylpheas s'assura qu'il ne restait rien des asticots et se tourna vers l'énergumène qui lui servait de compagnon d'infortune avec une fureur que je serais bien en peine de vous décrire ici tant elle était impressionnante.
-Jure moi qu't'as rien avoir là d'dans!! Jure ou j'vais t'frapper si fort qu'tous tes ancèt' auront mal!!
L'intéressé se contenta de continuer à fredonner en vérifiant si son omelette pouvait être sauvée.
-MaryyyyYYYYyyyyck?!
-C'ta faute, c't'un juste retour des choses pour c'que tu m'as fait, répondit paisiblement le voleur. J'espère qu'ça t'donnera matière à réfléchir.
Je vous épargnerai la fin de cette dispute qui fut riche en bagarre, éclaboussure et oeufs battus.

Des épisodes comme celui-ci, Maryck et Sylpheas en vivaient quinze par jour, et encore... lorsqu'ils étaient de bonne humeur. C'était à se demander comment ils étaient encore en vie l'un et l'autre et surtout pourquoi ils continuaient à voyager ensemble.
Dans le cas de Maryck -celui sur lequel nous nous pencherons à travers ces quelques lignes-, Sylpheas était peut-être ce qui se rapprochait le plus d'un frère et tout le monde sait à quel point une relation fraternelle comporte des hauts et des bas, ce n'est pourtant pas cela qui peut briser un lien familial. Car malgré leur entente conflictuelle, Maryck n'aurait pas hésité à sacrifier tout ce qu'il avait de plus précieux pour venir en aide au guerrier. Pas une seule seconde.

Personne ne savait jamais ce qu'avait pu être sa vie avant le début de son adolescence. Il n'en parlait jamais et ne la mentionnait que de manière très évasive. Ces rares fois laissaient penser qu'il avait vécu un évènement traumatisant, car lui qui était toujours d'un naturel joyeux -trop à n'en pas douter- sombrait dans la mélancolie. Sans entrer dans les détails, il avait perdu ses parents et ses trois soeurs cadettes le même jour dans des circonstances terriblement culpabilisantes. Il n'en conservait qu'un pendentif qu'il portait en permanence autour du cou et une cicatrice infâme sur son âme.
Livré à lui-même, sans argent et même endetté, il avait trouvé refuge à Baie-du-butin, première ville à proximité de la maison familiale. Il avait bien mis deux ans à sortir du mutisme et de la dépression dans lesquels il avait sombré -j'imagine à quel point ça peut être difficile d'imaginer un Maryck muet...-, mais c'était une attitude qui ne l'aidait pas à avancer et il avait choisi de se battre plutôt que de pourrir dans son abyme.
Il avait enchaîné les boulots ingrats, juste assez bien pour un morveux dans son genre, maigre comme un clou, trop grand pour son âge et avec la force d'une amibe asthmatique, à savoir dans les tavernes du port, nettoyer, faire la plonge, retirer des clams des endroits en contacts avec la mer, chasser les rats, récupérer les marchandises tôt le matin et bien d'autres encore. Il avait pris des forces et de l'assurance, il avait appris à masquer son épuisement et son abattement derrière un masque de bonne humeur souriante et s'étais mis à parler... ou plutôt noyer ses interlocuteurs sous des flots de paroles -souvent inutiles-, quitte à s'enfoncer dans l'autre extrême.
Les serveuses et autres tenancières l'aimaient beaucoup, il était serviable, ne montrait jamais de signe de fatigue et avait un sourire permanent. Lorsque l'aube approchait et que les clients désertaient, il proposait même de soulager leurs pieds avec des bains chauds à l'huile d'amande. C'est aussi à cette période qu'il commença à s'intéresser à la cuisine, celle du port parfois pas bien reluisante, mais il pouvait rester des heures à en apprendre auprès des cuistots. Il passa des arrières-salles aux salles et prit place aux côté des serveuses, essayant parfois de prêter main forte aux videurs face aux clients récalcitrants avec le plus de diplomatie possible.
Mais ses dettes ne s'estompaient pas, pire, il en contractait d'avantage, si bien qu'il dut quitter Strangleronce pour Cabestan. Il n'y resta pas longtemps car bientôt il entendit parler de l'Outreterre où ses créanciers ne risquaient pas de le chercher. Il évita soigneusement les champs de bataille et les zones à risques, se jetant avec le peu d'argent qu'il avait sur Shattrath. La ville-basse lui offrait le même genre d'environnement que Baie-du-butin ou Cabestan et il s'y sentit vite comme un poisson dans l'eau. Les aventuriers, mercenaires, fanatiques et réfugiés affluaient à une cadence infernale, certains services pouvaient durer plusieurs jours de suite et la plupart du temps, il était un des derniers à rester debout et fermer la fin du monde. Il profitait des jours plus calmes pour enrichir ses connaissances culinaires, pêcher, parler avec des gardes-paix de la cité et même les aider dans la limite de ses moyens, c'est-à-dire souvent en tant qu'écuyer à soigner les raies-du-néant. Et lorsque l'affluence se calma, il repartit en Azeroth avec la plupart de ceux qui étaient devenus des héros pour leurs pairs.
Il se rendit à Lune d'Argent pour la première fois et y chercha un maître pour lui enseigner l'art du combat. La cuisine, la pêche et la palotte, c'était bien, mais ça ne suffisait pas à sa survie. Fatigués d'attendre les remboursements, certains de ses créanciers lui avaient collé des primes et comme l'or ne poussait pas encore sur les arbres, il lui fallait une autre solution. Il reprit un boulot facile dans une auberge de la cité elfe, de la petite bière à côté de ce qu'il avait vécu et apprit très vite à se battre, rien de transcendant, juste ce qu'il fallait pour rester en vie.

C'est en repassant un soir à Baie-du-butin pour rembourser un de ses anciens employeurs qu'il rencontra Sylpheas et que commença leur association. Ils voyagèrent beaucoup, passant pour des mercenaires et Maryck continuait à courir après des recettes de cuisines de plus en plus compliquées et délicates. Jusqu'à ce qu'un jour, ils entendent parler de l'enrôlement massif du seigneur Koubak, et bien que n'y connaissant rien en commerce, ils décidèrent de s'y faire leur place.

_________________
Tarànis Su'en Refletd'Or, officier spécial champ de bataille, meilleure truffe et gratte-papier depuis l'invention du fil à couper le beurre.
Maryck Sombreau, chef cuisinier et maître du cookie de la compagnie à vot' service!
Smilacis Su'en Refletd'Or, chevalier mort avec araignée au plafond.
Mischa Criquicroque, servante de grRRrrand et terrRRRrrible Dieu Machine.

Naïlas Aubeclaire, serviteur de la Lumière (avec un grand L).
Nadechiko Oeil-d'Oni, mes poings dans ton côté corrompu.
Revenir en haut Aller en bas
Sylpheas

avatar

Messages : 161
Date d'inscription : 05/02/2011
Age : 34
Localisation : Ailleurs que dans les branches!

Feuille de personnage
Caste du Personnage: Guerrier

MessageSujet: Re: Maryck Sombreau, meilleur cuistot d'Azeroth et d'ailleurs (auto-proclamé)   Lun 15 Aoû - 13:38

Bah qu'est-ce qu'voulez que j'vous dise? L'est bien vot' papelard, mêm' si j'suis pas sûr qu'y aura beaucoup d'gens qu'en auront 'ssez à foutre d'un' p'tite merde squelettique sans poils pour l'ach'ter, vot' papelard... Mêm' qu'ceux (ou celles) qu'auraient envie d'en savoir plus sur la mauviette en question... Ben savent pas lire. L'avez dans l'fion comm' on dit.

C'mment? Voulez des précisions? L'point d'vue d'quelqu'un qui l'cotoie chaq' jour?

Mouais... Ce s'ra pas gratuit!

Un truc qu'faut pas oublier, c'est qu'Maryck est endetté. Genr' 'ACHEMENT endetté. En fait quand j'l'ai croisé pour la premièr' fois, y avait d'jà un contrat sur sa gueule. Pas moins d'cent cinquant' piéces d'or, ouais m'dame! Du coup vous vous d'mandez pourquoi j'lui ai pas simpl'ment refait l'portrait 'vant de l'balancer à ses créanciers... Ben c'simple, d'base d'jà je m'lêv' pas pour moins d'trois cent, faut pas déconner. Ensuit' parc'que vu la gueule du loustic, sa dette pouvait que empirer, et qui dit plus d'dettes, dit plus de fric pour sa capture. C'pour ça que j'l'ai suivi au lieu d'le coffrer.

Bon après... L'choses ont changé. Il savait cuisiner, l'était pratique pour s'faufiler et choper des infos sans s'fair' gauler. Bref, j'rentrais tell'ment d'pognon en restant 'vec lui que du coup, ça dev'nait plus intéressant d'latter la gueule aux chasseurs de primes qu'on nous envoyait... Et putain, ils en envoyaient souvent.

Au bout d'un moment ça s'est calmé... En fait, j'dirais mêm' qu'ça s'est calmé pile au moment ou on a r'joint la Koubak, 'llez savoir... Ca empêch' pas Maryck d'dépenser tout son fric en conn'ries hein, 'ttention. Et vas-y que j'me paye du sel grand luxe importé d'Tanaris, que j't'achête des épices Zandalari... Par contr', r'tourner à la baie et payer ses dettes, ça non, l'est trop occupé à s'la péter d'vant les nenettes d'Lune le rouquin!

En causant d'gonzesses, j'vous avais dit qu'l'a des gouts d'chiottes le gars? D'puis que je l'connais, il tape systématiquement dans des coups foireux. La dernièr' fois c't'ait une connasse qui s'foutait d'sa gueule, l'a mêm' essayé d'lui fair' la peau l'enfoirée... Sérieux, j'suis pas spécial'ment partisan d'la vie bien rangée *allume un cigare* n'empêch' qu'un gars comm' lui, 'vec sa gueule enfarinée et sa connaissanc' d'la bonn' cuisine, z'allez pas m'dire qu'pourrait pas s'trouver un' p'tite elfette meugnonn' et pas trop chiante pour lui pondre un ou deux microb', roux et chiants comm' lui?

La famill'... c'est aut' chos'. L'lancez pas là d'ssus. L'aim' pas en causer. Me r'gardez pas comm' ça, j'en sais qued' moi aussi... 'Fin j'en sais un peu plus qu'la plupart, après tout ça va faire trois plombes que j'me l'traine, n'empêch' que c'tabou comm' sujet, donc laissez tomber... Ou 'lors offrez moi aut' chos' qu'un r'pas et une biére *rire gras*
Revenir en haut Aller en bas
http://about.me/marcomillich
 
Maryck Sombreau, meilleur cuistot d'Azeroth et d'ailleurs (auto-proclamé)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Meilleur moment pour vendre un (jeune) joueur
» MVS !! Quel est le meilleur choix ?
» Quel a été le meilleur jeu de plateau auquel vous avez joué pendant l'année 2009-2010 ?
» quel est le meilleur deck en type 2 selon vous?
» Quand on s'evade en Azeroth...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Koubak & Co ® :: La Compagnie KOUBAK ® :: Les Membres-
Sauter vers: