Bienvenue sur le forum de la Compagnie Marchande - Koubak & Co ®
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tarànis Su'en Refletd'Or

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maryck
Officier de la Koubak & Co ®
Officier de la Koubak & Co ®
avatar

Messages : 348
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 32
Localisation : Sur les genoux de mon chat ... ou l'inverse.

Feuille de personnage
Caste du Personnage: Chasseur

MessageSujet: Tarànis Su'en Refletd'Or   Sam 20 Sep - 22:10

Un grand flot lumineux lui brûla les yeux lorsqu'elle les ouvrit. Elle ne se rappelait pas s'être endormie, mais elle se rappellerait de son réveil! Elle prit conscience de ce qui l'entourait petit à petit et s'en retrouva complètement décontenancée. Les ténèbres avaient fait place à la lumière, la puanteur et la putréfaction étaient devenues un parfum délicat de fleurs, elle était propre, vêtue d'une tunique blanche, bien confortablement installée dans un lit et le ciel était visible depuis deux énormes fenêtres à côté d'elle. Elle pleura en le voyant. Il était juste magnifique. Il brûlait encore ses rétines mais rien n'avait jamais été comparable à ce qu'elle ressentait ... Dans sa tête repassaient les événements de ces derniers jours... bien qu'ils aient été si remplis qu'ils avaient pris l'allure d'années interminables.
Tout avait commencé par la fête donnée pour son anniversaire. Une grande fête que son père avait organisée, rassemblant toutes les Maisons nobles de Quel'Thalas à peu de choses près. Un véritable calvaire où elle avait dû être tirée à quatre épingles dont le pire moment , celui qui avait marqué la fin brutale de l'événement avait commencé par le sourire de son père et quelques mots qu'il avait prononcé.
"Venez Alaherenn, venez plus près de moi, avait dit son père d'une voix à la fois forte et bienveillante.
-Bien Père, avait-elle répondu docilement.
-Chers amis, nous sommes ici en ce jour pour fêter le jour de naissance de ma seconde fille Alaherenn, ...
Tarànis Tarànis Tarànis, mais celle-là n'est pas ta fille
... Puisse-t-elle en avoir beaucoup d'autres encore et demeurer la merveilleuse demoiselle qui me donne tant de fierté ...
Hein????
... Mais certains d'entre vous le savent, la plupart l'ignorent et je ne les ferai pas plus languir, nous ne sommes pas ici uniquement pour la célébrer ...
Nous y voilà, allez, explique ton petit secret qui semble tant d'amuser et qui m'a valu cette journée de torture qu'on en finisse ...
... Vous serez les premiers de notre communauté à apprendre les fiançailles de ma chère Alaherenn avec-
-Comment?!!" clama celle-ci avec force.
 
Toute l'assemblée qui avait déjà levé les mains pour applaudir et exprimer sa satisfaction s'était arrêtée net. Le père, Cyéamir, s'était pétrifié lui aussi et fixait sa fille avec horreur. Elle n'avait pas pu, non, elle n'avait pas pu l'interrompre! Elle l'avait fixé elle aussi avec cette même expression et semblait s'être brisée en mille morceaux.
 
"Alaherenn Su'en Refletd'Or, s'était élevée la voix de dame sa mère, veuillez refréner vos ardeurs et au moins laisser finir votre père."
 
Elle avait tourné la tête vers sa mère, et son cauchemar prit une tournure de plus en plus terrifiante. Les idées s'étaient cognées dans son esprit et avaient dû se frayer un chemin à travers sa panique pour devenir intelligibles. Ils avaient finalement trouvé. Ils n'avaient pas pu en faire une arcaniste comme son aînée, ni une prêtresse ou une paladine comme sa benjamine, la dernière solution avait donc été de la marier et lui conférer enfin une utilité, celle d'unir les Refletd'Or à une autre Maison.
Son père s'était raclé la gorge pour reprendre la suite de sa phrase tout en la défiant de l'interrompre une nouvelle fois, elle avait vu du coin de l'œil un homme richement vêtu s'avancer avec un jeune elfe à l'allure semblable, cheveux noirs et haute prestance.
 
"Je refuse!!" avait-elle hurlé aussi fort qu'elle le pouvait, et sa voix avait fait trembler les murs.
 
Son père avait bouillonné elle le savait, même s'il avait continué à montrer une maîtrise exemplaire de lui-même, il aurait pu lui sauter dessus à l'instant pour la faire taire par tous les moyens. Miyhia, sa mère, avait regardé autour d'elle rapidement et le plus discrètement possible pour voir la confusion qui commençait à s'emparer de l'assemblée.
Reihou, resté derrière sa sœurette, lui avait soufflé de se taire et d'attendre que père ait fini, mais par-dessus le brouhaha naissant, elle avait repris haut et fort.
 
"Vous ne me ferez pas épouser un homme que je n'aurai choisi Père, vous ne me forcerez plus à faire ce que je ne veux pas et ne piétinerez plus ma liberté!!
-Tu feras ce qui est bon pour ta famille et sera digne de ton futur seigneur et maître! avait repris son père.
-Je ferai ce que j'aurais dû faire depuis longtemps!!"
 
Elle avait arraché la parure de ses cheveux et l'avait fracassée sur le sol, éparpillant les perles dans un vacarme déchirant. Plus une seule voix ne s'était faite entendre, des regards crevant de honte s'étaient posés sur les siens et sa mère avait plaqué les deux mains sur sa bouche pour tenter de contenir ses sanglots.
 


"Alaherenn!! avait hurlé son père. Implorez le pardon pour vos paroles!!
-Mon nom est Tarànis" avait-elle répondu froidement en le fixant de son visage à demi-baissé comme une bête sauvage.

Elle avait fui. Aussi vite que possible. En un temps record, elle avait mis un monde entre elle et son père. Jusqu'à ce que son frère Reihou ne la rattrape et ne parvienne les dieux savent comment à la convaincre de revenir à la maison. Le spectacle qui les attendait à leur retour avait balayé toutes ses craintes d'affronter ce destin dont elle ne voulait pas. Le Fléau avait exterminé les siens. Il avait laissé une trace indélébile dans Quel'Thalas et avait marché en plein sur les bâtiments des Refletd'Or. Elle n'avait même pas eu le temps de prendre la mesure de ce qui s'était passé qu'"ils" leur étaient tombés dessus. Le sillage du Fléau, des nécromanciens, vermines répugnantes et ramasseurs de cadavres. Et les deux jeunes elfes n'avaient rien pu faire.
Alors, le nom du monde était devenu Douleur.
Les nuances de Douleur avaient été aussi innombrables qu'il y avait d'arbres dans les Chants Éternels.
Le temps n'existait plus, la lumière du jour ne pouvait atteindre les tréfonds de ses ténèbres, elle n'avait donc pu voir les jours, peut-être même les semaines, passer.
Elle avait à peine eu le temps de constater qui les avait saisis ce jour maudit, elle et Reihou, qui les avait arrachés à leur univers agonisant. Qui les avait séparés ...
Le nom du monde était Douleur.
Elle avait gît dans une pièce sans fenêtre, seule la constante lueur d'une lampe à huile brûlante et blafarde lui parvenait, mais elle n'avait pas même incarné l'ersatz d'un espoir. Ses vêtements lui avaient été arrachés, sa dignité lui avait été retirée, sa vertu  avait été démembrée. Pourtant elle n'avait pu se résigner à se donner la mort.
Espoir.
Germe impalpable de lumière.
Mais pas pour elle.
"Tout ce que tu endureras, il ne le subira pas".
Reihou, son frère, était encore en vie. Elle savait que leurs voix étaient mensonges, que leurs mots étaient poisons, mais l'espoir n'avait pas eu besoin de plus pour exister. Elle l'aimait tellement, lui, qu'elle ne s'était pas souciée de ce qui pouvait lui arriver, tant qu'il en était préservé. Il était tout ce qu'il lui restait. Les premiers moments, avait-ce été des heures, des jours, avaient été les plus difficiles, on ne s'habituait pas à la souffrance, mais elle avait appris que l'on pouvait l'isoler ou plutôt, s'isoler derrière une barrière plus infranchissable à chaque fois.
Le nom du monde était Douleur.
Son corps, son âme et son esprit s'étaient souillés de plus en plus, mais elle avait tenu bon. Elle avait vu des parties d'elle-même se flétrir et se parer de plaies qui ne disparaîtraient plus. Mais peu importait, pourvu qu'elle tienne. Durant les rares moment où on l'avait laissée tranquille, elle avait ressassé des souvenirs, le soleil qui brillait sur son enfant se voilait au fil du temps, le visage de sa meilleure amie se faisait plus transparent, les rires muté en gargouillis sinistres et bientôt, elle s'était contentée de rester dans son abyme.
Le nom du monde était devenu Douleur.
Elle se crispa à ce seul souvenir, si près, si loin.

-Tu es enfin réveillée, dit une voix douce et mélodieuse à côté d'elle. 
Elle voulut se redresser et une douleur fulgurante l'en dissuada. Elle cria et retomba, n'osant plus remuer le moindre muscle. Elle remarqua également qu'elle ne voyait que d'un œil, l'autre avait été volontairement obstrué. Il y avait une jeune femme assise sur une chaise et c'était elle qui avait parlé. Elle portait une robe blanche, très simple, une longue chevelure blonde, elle venait à peine d'entrer dans l'âge adulte et portait un bras en écharpe, l'autre tenant un livre qu'elle venait de refermer.
-Doucement ma petite, tu n'es pas encore en état de te lever, tout va bien désormais tu es sauvée et en sécurité.
-Mon ... frère ...? demanda Tarànis d'une voix qu'elle reconnut à peine.
-Il est dans la pièce d'à côté, sourit la jeune femme, il va bien.
Tarànis ferma son œil un instant, un poids retombant de ses épaules.
-J ... voudrais le ... voir ...
-Pas encore, tu es trop faible, les soigneurs ont dit que tu ne pourrais pas encore te lever, ils ont dit que tu reprendrais bientôt conscience alors je suis restée près de toi pour que tu ne sois pas seule, je m'appelle Erenis et toi?
-Tarà ... nis ... Alaherenn...
La femme en prit note par-dessus son livre, trempant une plume dans un encrier sur l'appui de fenêtre derrière elle et s'appliqua de son seul bras valide.
-Tarànis Alaherenne, et d'où viens-tu?
De l'enfer?
-Tranqui .. lien ...
-Tranquilien? S’étonna Erenis, c'était là que certaines familles nobles étaient établies si mes souvenirs sont exacts, tu venais d'une Maison prestigieuse?
-Su'en ... Refletd'Or ...
Erenis la regarda comme si l'enfant venait de lui faire une mauvaise blague et qu'elle attendait la chute, mais celle-ci ne vint pas, Tarànis la regardait d'un air encore vide et endormi, à peu près prête à répondre à ce qui allait suivre.
-R-Reflet... d'Or?
-Oui ...
Le ton utilisé par Erenis n'était pas normal, elle ressentait l'émotion transportée par sa voix, une oscillation, même si elle ne la comprenait pas.
-Q-Quoi? Parvint-elle finalement à demander.
-J-je suppose que tu l'apprendras tôt ou tard de toute façon, soupira difficilement Erenis, il ne reste rien des tiens, plus la moindre branche de la grande Maison Refletd'Or mon enfant ... Plus aucun en vie ... Par contre, beaucoup de ses membres sont désormais dans les rangs du Fléau, ton père était Cyéamir Su'en?
Tarànis acquiesça, quelque chose serrait son cœur comme si on avait voulu le presser jusqu'à la dernière goutte. Alors c'était pour cela qu'ils n'avaient retrouvé personne de leur famille ce jour-là ... La honte, la calamité pour tous les siens ... Lorsqu'elle évoqua cette pensée, elle se surprit elle-même. Elle pensait à eux comme les "siens" alors qu'elle s'était toujours sentie étrangère, pourquoi maintenant qu'ils n'étaient plus, se sentait-elle si concernée? Et pourquoi le poids de la honte lui pesait-il autant alors qu'elle n'y avait jamais prêté attention? Cette ironie l'aurait faite sourire si elle n'avait été si douloureuse ...
-Messire t ... votre père a été revu à la tête d'un escadron du Fléau avec la demoiselle Tashali du Mortholme ... Je suis désolée, ma demoiselle ...
Elle haussa les épaules, peu lui importaient la compassion, les excuses, qu'est-ce que cette femme y pouvait de toute façon? Alors c'était la disgrâce? Son nom tomberait dans l'oubli? Tant mieux, le prénom même qu'elle portait désormais n'était pas celui qu'elle avait à l'origine, Alaherenn était morte avec le reste de sa famille, le petit oiseau ridicule qui se débattait derrière les barreaux en or n'existait plus, désormais, il n'y avait plus que Tarànis. Et Tarànis n'avait pas l'importance requise pour être vouvoyée, elle naissait dans la souffrance mais vivrait coûte que coûte.
-Ne me vouvoie pas Erenis, je voudrais voir mon frère ...
Erenis semblait ennuyée, elle ne savait pas trop comment réagir devant l'œil qui exprimait à la fois son épuisement et une force implacable, le charisme d'une femme qui sommeillait encore mais qui contiendrait toute la douleur du monde si celle-ci devait jamais s'abattre sur elle. La fille de Cyéamir Su'en Refletd'Or. Et cette fille serrait désormais les dents pour essayer de se relever malgré son état ... Erenis avait entendu les conclusions des prêtres qui s'étaient occupés d'elle, elle avait reçu un traitement horrible, la souillure était entrée en elle par tous les côtés possibles et ils ne comprenaient pas comment elle pouvait encore être en vie et lucide. Elle avait vu les plaies que l'enfant portait sur elle, des abominations qu'il avait été mystérieusement impossible à soigner, il avait fallu aller puiser dans les dernières ressources du prêtre le plus compétent de leur hospice de fortune et la petite avait hurlé malgré son inconscience à cause de la douleur. Son corps était brisé, les serviteurs de la Lumière avaient pu contenir la souillure par un sceau appliqué directement autour des plus grosses marques mais jamais elle ne guérirait ... Tout comme son frère ...
-Attendez ... je vais vous aider ... dit Erenis en se relevant rapidement.
-Ne me vouvoie pas .... répéta l'enfant entre ses dents alors qu'elle mettait toute sa volonté à glisser ses jambes en dehors du lit.
Une telle force de caractère, les prêtres lui avaient pourtant dit qu'elle ne serait probablement pas capable de se lever avant plusieurs jours. Faute de soigneurs, Erenis qui avait rapidement récupéré de sa propre convalescence s'était proposée à l'assister et s'en occuper le temps qu'il faudrait. Elle ne parvenait pas à se résigner à la tutoyer, même si sa Maison et son statut n'existait plus aujourd'hui, c'était devant son courage qu'elle s'inclinait.
-Gardez vos forces au lieu de dire des choses inutiles si vous ne voulez pas vous écrouler sur le sol, Tarànis, votre frère n'est pas loin, mais je doute que le déplacement ne doive faire appel à toute votre énergie, ne la gaspillez donc pas.
Bha, si ça l'amusait ... Tarànis ne sentait pas un seul endroit de son corps qui ne la fasse pas souffrir et essayer de convaincre Erenis de la tutoyer était au-dessus de ses forces actuelles. Elle sentit ses jambes se dérober sous son poids lorsqu'elle fut debout. Plus aucun muscle n'acceptait de lui répondre et la douleur ... la douleur ... Mais ça n'avait pas d'importance. Seul Reihou avait de l'importance. Son espoir, ce qui l'avait faite tenir et survivre. Elle devait voir de ses yeux que tout cela n'avait pas été inutile. La souffrance grandissait encore et tentait de lui arracher des larmes, sa peine était immense et elle avait l'impression de marcher sur une corniche au-dessus d'un abyme sombre et sans fin. Tarànis née dans la souffrance et déterminée à vivre.
Les quelques pas qui la séparaient de la porte lui semblèrent interminable, elle ressentait chaque mouvement et tous étaient douloureux. Erenis lui apportait tout l'appui qu'elle pouvait de son seul bras valide et elle crut bien ne pas être physiquement capable de continuer, elle tremblait et son œil devenait flou, elle se sentit perdre l'équilibre mais attrapa le chambranle de la porte et la serra jusqu'à se faire encore plus mal. Cette douleur-là fit comme un éclair dans sa tête et tout son corps redémarra. Elle voulait déjà être auprès de lui, ne pas devoir fournir cet effort si difficile pour l'atteindre ...
-Courage, lui murmura Erenis.
Ce seul mot prononcé par quelqu'un d'autre qu'elle-même manqua faire s'éclater ses larmes une bonne fois pour toute. Une intonation, deux syllabes auxquelles elle avait tant aspiré ces derniers temps. Elle sentit en effet les larmes couler sur ses joues, mais elle continua d'autant plus. Reihou ...

Elle tomba sur la porte en voulant l'ouvrir et son guide la rattrapa de justesse. Il était là. Allongé sur un lit semblable au sien mais il était inconscient. Ses longs cheveux roux avaient été soignés et semblaient s'embraser sous la lumière du jour. Elle courut, ou plutôt tomba, vers lui et rampa encore sur le lit pour l'atteindre. Ses larmes coulaient à flot le long de ses joues, tout ce qu'elle contenait se libéra comme une crue fait s'effondrer une digue branlante, elle avait si mal qu'elle avait l'impression de se frayer un passage sur un lit de couteaux aiguisés recouvert de ronces. Elle ne cessa la lutte que lorsqu'elle sentit sa main chaude dans la sienne. Et là enfin, elle sourit et se laissa tomber sur le lit sans plus être capable de bouger. Tout redevint noir à l'exception de cette lueur qui entourait sa main ...

_________________
Tarànis Su'en Refletd'Or, officier spécial champ de bataille, meilleure truffe et gratte-papier depuis l'invention du fil à couper le beurre.
Maryck Sombreau, chef cuisinier et maître du cookie de la compagnie à vot' service!
Smilacis Su'en Refletd'Or, chevalier mort avec araignée au plafond.
Mischa Criquicroque, servante de grRRrrand et terrRRRrrible Dieu Machine.

Naïlas Aubeclaire, serviteur de la Lumière (avec un grand L).
Nadechiko Oeil-d'Oni, mes poings dans ton côté corrompu.


Dernière édition par Tarànis le Dim 21 Sep - 1:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sima

avatar

Messages : 203
Date d'inscription : 30/08/2011

MessageSujet: Re: Tarànis Su'en Refletd'Or   Sam 20 Sep - 22:48

/HRP
Et béh, elle a pas eu une vie facile la Tarà...
Et alors, il va vivre son frère ? !
On veut savoir ! Very Happy

Sinon, chouette texte, je l'ai dévoré !
Revenir en haut Aller en bas
http://olivsima.deviantart.com/
Maryck
Officier de la Koubak & Co ®
Officier de la Koubak & Co ®
avatar

Messages : 348
Date d'inscription : 05/04/2011
Age : 32
Localisation : Sur les genoux de mon chat ... ou l'inverse.

Feuille de personnage
Caste du Personnage: Chasseur

MessageSujet: Re: Tarànis Su'en Refletd'Or   Dim 21 Sep - 1:18

*a toujours été très sadique avec ses perso...*
(Si j'ai le courage, je continuerai ^^)

_________________
Tarànis Su'en Refletd'Or, officier spécial champ de bataille, meilleure truffe et gratte-papier depuis l'invention du fil à couper le beurre.
Maryck Sombreau, chef cuisinier et maître du cookie de la compagnie à vot' service!
Smilacis Su'en Refletd'Or, chevalier mort avec araignée au plafond.
Mischa Criquicroque, servante de grRRrrand et terrRRRrrible Dieu Machine.

Naïlas Aubeclaire, serviteur de la Lumière (avec un grand L).
Nadechiko Oeil-d'Oni, mes poings dans ton côté corrompu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tarànis Su'en Refletd'Or   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tarànis Su'en Refletd'Or
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les vidéos de tarés !!!!
» Lapin taré depuis hier
» S'te jeu de taré
» Fous de Dieu et autres tarés pas bien dans leur tête
» petite liste de film de taré

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Koubak & Co ® :: La Compagnie KOUBAK ® :: Les Membres-
Sauter vers: